Metaverse City passe de Minecraft à Minetest

Depuis janvier 2018, Zoomacom mène un projet appelé Metaverse City Saint-Étienne. Un jeu grandeur nature qui combine la pratique numérique du jeu vidéo et des courses au trésor dans “le monde réel”, physique. L’objectif est d’utiliser le jeu vidéo comme outil de découverte de son environnement culturel. La partie Jeu vidéo utilisait jusqu’ici Minecraft comme support. Ce sera à présent Minetest, son équivalent version Logiciel Libre.

Le passé

Jusqu’ici nous utilisions Minecraft, un jeu de type bac à sable. Il nous permettait de recréer des bâtiments du monde physique (comme un musée ou même un quartier) dans un monde virtuel, avec des cubes. Comme avec des briques Lego, mais sur un ordinateur.

Metaverse City Saint Etienne – Quartier Manufacture

De plus, ce jeu nous permet de construire des aventures qui mènent les joueurs à faire des allers-retours entre l’ordinateur et l’espace physique environnant. Par exemple, un personnage demande au joueur d’aller trouver un indice pour une chasse au trésor dans le musée, comme le nom d’un vélo vieux de 100 ans. Quand le joueur le ramène au personnage du jeu, il peut continuer son aventure.

Et enfin, nous avons créé une interface logicielle permettant de connecter Minecraft à un objet communicant. Grâce à cette interface, nous pouvons appuyer sur un bouton physique pour créer une interaction avec les créations virtuelles du jeu vidéo. Comme déclencher l’ouverture d’une porte dans le jeu, ou faire apparaître une horde de “monstres”.

Ok, très bien, donc pourquoi changer ?

Le présent

CC-BY-SA – Auteurs : Vanessa Ezekowitz, Perttu “celeron55” Ahola, et.al

Il se trouve que Minecraft est un jeu sous le contrôle de la société Microsoft, depuis 2014. Ok, mais encore ? En utilisant Minecraft avec les enfants, qui sont les bénéficiaires principaux du projet Metaverse City, nous contribuons à renforcer son pouvoir marketing et faisons perdurer un modèle de société dirigé par les marques, exploitant les rentes de la propriété intellectuelle imposée par des entreprises monopolistiques, les modèles de désappropriation que constituent les “Logiciels en tant que Service (Software as a service ou Saas), la marchandisation des données personnelles des utilisateurs…

Bref, un modèle de société qui ne nous semble pas vraiment cohérent avec l’amélioration du système social qui constitue la mission de l’éducation populaire, dont se réclame Zoomacom dans ses valeurs.

Donc, nous avons décidé de changer, et d’utiliser Minetest.

Pourquoi Minetest ?

Minetest est un logiciel libre. Et gratuit. (Minetest Engine et le jeu Minetest sont sous licence LGPL 2.1+ free software license).

Ceci permet donc deux choses :

  • apprendre aux enfants qu’il existe des alternatives aux logiciels, de jeux ou autres, des mastodontes propriétaires dont ils ont entendu parler par la publicité ;
  • Leur apprendre une culture du Bien Commun : des gens fabriquent des choses sans pour autant en espérer des rentes pendant toute leur vie. Ils sont payés pour développer un jeu, puis le mettent à disposition de tout le monde.
  • Et aussi, nous ne faisons pas acheter des licences Minecraft à tout le monde ; il n’y en a pas besoin. Et pas besoin d’une connexion Internet non plus, ce qui est un soulagement dans de nombreux établissements, scolaires notamment, mais aussi dans certaines MJC et Accueils de Loisirs.

Le travail de transition

Toutes les aventures que nus avions conçues sous Minecraft sont donc, a priori, perdues.

Non ! Grâce au travail de l’équipe de Zoomacom, nous transférons les cartes de jeux sur Minetest. De plus, nous collaborons avec un développeur allemand sur un module d’aventure qui permettra, nous l’espérons, de reproduire ou d’adapter les aventures sur Minetest.

Et nous pourrons donc reprendre les mêmes aventures que celles qui ont demandées un travail collectif (avec la MJC des Tilleuls, la MJC de Saint Chamond, le Parc de Montaud, la MJC de Chazelles sur Lyon, …), et nous les transformons en Bien Commun également, puisque tout sera désormais en licence libre.

Le futur

Minetest étant un projet open source, de nombreux·ses développeur·euse·s réalisent des modules qui permettent d’ajouter de nouvelles fonctionnalités au jeu. Par exemple, la communication avec des objets électroniques. Appelés souvent à tord des “objets intelligents“, ils permettent de faire sortir le jeu de sa virtualité pour l’ancrer dans l’espace physique. C’est un aspect du jeu que nous caressions depuis longtemps, mais sans avoir réussi à l’atteindre.

Et bien avec Minetest, nous pouvons récupérer les modules créés par d’autres développeur·euse·s, les modifier pour nos usages, et les remettre dans le pot commun. Et là, d’autres personnes pourront à nouveau s’en servir pour créer d’autres manières de jouer, ou d’utiliser ce jeu comme interface à la découverte de plantes, de monuments, de parcours de santé…

Et maintenant ?

Si vous souhaitez travailler avec nous à l’enrichissement de ce projet, contactez Renaud à l’adresse renaud.denis (at) zoomacom.org ou par téléphone au 4 77 93 32 26, ou via le formulaire de notre page Contact.

Laisser un commentaire