Pokemon Go – Gamification et Vice et Versa

Par 28 juillet 2016 avril 6th, 2019 blog

Un jeu Pokemon en réalité augmentée nous demandant de sortir de chez nous pour capturer des pokemons, faire éclore des oeufs, combattre dans des arènes… Le rêve… ou pas ! Vous n’avez pas été sans remarquer cette déferlante, que dis-je cette fureur Pokemon GO. Impossible de passer à côté du phénomène mobile de l’année. Une quantité phénoménale d’articles a déjà été publiée sur le sujet, traitant de tous un tas de questions.

Ce dont je veux parler ici c’est plutôt d’un aspect économique. Et en particulier de l’utilisation de gamefication (ludification), de la collecte de données, par des joueurs, pour des entreprises.

Photo CC Miles Wales - By NC SA - https://www.flickr.com/photos/95983883@N02/16538360183/

Photo CC Miles Wales – By NC SA – https://www.flickr.com/photos/95983883@N02/16538360183/

 

Qui est derrière Pokemon Go ?

Tout d’abord, les développeurs ! C’est Niantic Labs qui a développé Pokemon Go.

Niantic Labs, ils sont avant tout connu pour avoir précédemment développé le jeu Ingress, un jeu très similaire à Pokemon Go, son ancêtre en d’autres termes.

Cette start-up à été fondé par John Hanke (l’un des créateurs de Google Earth – et donc salarié de Google lors de la création de Niantic). Aujourd’hui, même si Niantic n’est plus directement gérée par Google (c’est à dire Alphabet) en interne, Google, Nintendo et The Pokemon Company sont entrés au capital de Niantic à hauteur de 20 millions de dollars avec une rallonge de 10 millions si bon résultat (autant vous dire que vu le succès de Pokemon GO ça devrait aller !)

Ensuite l’éditeur ! The Pokemon Company.

The Pokemon Company est la société qui a en charge de gérer les droits et la communication autour de la licence Pokémon, elle est détenue à part égale entre Nintendo – Creatures et Game Freak.

Ce n’est donc pas Nintendo qui gère Pokemon Go. Mais “Big N” possèdant quand même des part dans Niantics et The Pokemon Company, 13% des bénéfices lui reviendront. Le reste étant partagé entre Apple (via les dépenses des joueurs dans l’AppStore) , Niantic et The Pokemon Company.

Mais il est quand même bon de savoir que l’actuel PDG de Nintendo – Tatsumi Kimishima est l’ancien directeur de The Pokemon Company. Je dis ça je dis rien …

 

Après ces présentations d’usages entrons dans le vif du sujet.

Photo CC Meagan By-NC - https://www.flickr.com/photos/peroshenka/5320824938/

Photo CC Meagan
By-NC – https://www.flickr.com/photos/peroshenka/5320824938/

Quels services Web entrent en jeu dans Pokemon GO ? Et lesquels restent à développer ?

Comme on s’en rend vite compte, le fond de carte de Pokemon Go n’est plus ni moins que Google maps. Et les points d’intérêts, les anciens portails du jeu Ingress.

Et c’est là que les choses commencent à être intéressantes. Dans Ingress, la création de portail était collaborative et tous les joueurs pouvaient en proposer de nouveaux. Bon, rapidement, Ingress a été submergé de propositions et n’a pas pu toutes les traiter. Mais nulle doute que ce système sera prochainement proposé dans Pokemon GO.

Imaginez, des millions de joueurs qui vous proposeraient des lieux, ou de petits détails urbains ou naturels, avec photos, géolocalisation et descriptions à l’appui  !

Un peu comme si vous aviez des millions de Google Cars gratuites – voire… si c’était elles qui vous versaient de l’argent par micro-paiement ! – Et en prime, plus de soucis de droits d’auteurs, d’interdiction de prendre tel ou tel monument en photo, car vous reportez la responsabilité sur vos usagers.

Tous cela, viendrait enrichir un capital de données qui serait comme par hasard l’une des pierres angulaires de votre modèle économique. Et vous développeriez des applications complémentaires pour utiliser celles-ci…

Ah ! Mais tiens, je me rappelle,  Niantic a développé il y a quelques années, Field Trip, une application qui vous envoie une notification lorsque vous passez à proximité d’un point d’intérêt afin de vous permettre de mieux découvrir les environs et de ne rien rater.

Allons plus loin, d’après plusieurs commerçants, surtout les bars et restaurants, avoir une arène et des PokéStops à portée de chez eux est une véritable aubaine, ils ne désemplissent plus. Imaginez: vous êtes commerçant et vous vous dites que ce serait super d’avoir une arène dans votre commerce. Si on vous garantit une hausse de fréquentation, ne seriez-vous pas près à payer pour avoir une arène… Nulle doute que ce système verra le jour, à commencer par les enseignes de la grande distributions et les chaînes internationales – Allez un petit tournoi autour des arènes qu’il y aura à coup sûr dans tous les McDo !

Médiation Numérique et Pokemon GO

Comme toujours, nous, médiateur numérique avons notre rôle à jouer dans l’accompagnement de nos publics quant à la compréhension de ce phénomène numérique de grande ampleur. Il est essentiel que nous saisissions cette opportunité pour dialoguer, échanger autour de Pokemon GO. Le flux d’information autour de ce jeu est énorme, il nous appartient donc de permettre à chacun de prendre du recul face à ces informations. En terme d’éducation aux médias, ce qui se dit et s’écrit autour de ce jeu est une ressource inépuisable. Il y a tant de fausses informations, de coups de buzz, et de “tragédies à la BFMTV” que nous aurons matière à dialoguer avec les enfants et les jeunes sur un sujet qui les intéressent.

 Voir aussi

12 Commentaires