Comment construire une Social Street (rue communautaire) ?

Par 4 septembre 2015 avril 6th, 2019 blog, conso collab, médiation numérique

Les quartiers animés et les communautés dynamiques aident les gens à vivre mieux de mille et une manières. A l’ère de la “solitude connectée“, avoir des voisins à qui emprunter l’habituel morceau de sucre n’est pas uniquement un moyen de partager des ressources de manière plus efficace, c’est surtout une merveilleuse façon de voir le quartier lui-même se transformer en une ressource puissante à part entière.

Guidées par cette vision, les Social Streets italiennes furent lancées pour décupler les opportunités d’interactions porteuses de sens, à travers des groupes auto-organisés. Leur but est d’aider les habitants d’un quartier d’une rue spécifique à se connaitre les uns les autres : établir des liens solides, échanger des savoirs hyper-locaux et partager leurs difficultés, par l’intermédiaire d’un repas préparé ensemble, ou en réalisant des projets d’intérêt commun.

SocialStreet logo

La Social Street originelle, Via Fondazza, à Bologne en Italie.

Cela fait bientôt deux ans que Social Street Italy est née de l’idée que les gens devraient être plus connectés dans les endroits où ils habitent. Depuis, plus de 350 groupes, en Italie et ailleurs, ont surgis de terre pour ré-unir les gens, leur permettant d’organiser des évènements communautaires, des repas, des concerts, et une large gamme d’autres activités et initiatives locales.

Mais ce n’était pas forcément le but initial de son fondateur, Federico Bastiani. Lassé de voir son fils unique jouer seul, Federico, journaliste freelance, a lancé un groupe Facebook pour les habitants de la Via Fondazza (sa rue natale de Bologne) afin de voir si les interactions avec ses voisins pourraient évoluer au-delà du “buongiorno” qu’ils avaient l’habitude d’échanger. En très peu de temps, le groupe Facebook de Federico atteint plus de 800 membres, conduisant par là-même de nombreuses autres personnes du monde entier à suivre son exemple.

Et ce ne furent pas seulement des habitants qui écoutèrent son message. Le postulat de base de Social Street est simple, et il fit largement écho dans tout le pays, où l’organisation fut citée à de nombreuses reprises dans certains organes de presse, émissions radios, quotidiens en ligne des plus suivis, et même lors d’évènements TEDx. A l’étranger, l’organisation a suscité l’attention d’universitaires comme Anthony Giddens de la London School of Economics, et des pionniers de la transition comme Rob Hopkins.

Êtes-vous intrigué à l’idée d’apprendre à connaitre vos voisins et de voir où cela peut vous mener ? Suivez ces étapes pour apprendre comment mettre en place votre propre Social Street, dans votre ville ou votre communauté :

1ère étape : Créez un groupe fermé sur Facebook

Groupe fermé FacebookSocial Street recommande un groupe fermé pour préserver la vie privée de vos membres et encourager ainsi des taux d’adhésion plus élevés. Cela peut être effectué en utilisant les paramètres du groupe à sa création, mais souvenez-vous : les gens avant les pixels ! L’utilisation d’un réseau en ligne devrait encourager l’interaction hors-ligne, pas avoir comme fin le réseau numérique en lui-même.

Pour être trouvé parmi les groupes Facebook qui font partie de Social Street, assurez-vous d’utiliser la bonne convention pour le nom de votre groupe : “Habitants de [nom de la rue (ou place, ou quartier)] – Ville – Social Street”. Par exemple : “Habitants de la Rue de Carouge et alentours – Genève – Social Street“.

Créez un petit groupe qui pourra fournir des contenus, gérer les commentaires, et orienter les discussions vers des projets et des évènements pratiques.

2ème étape: Parlez du groupe

Imprimez des affiches sur lesquelles on voit les détails de votre groupe Facebook, et incitant les gens à vous rejoindre. Collez ces affiches dans de nombreux lieux visibles comme les parcs, les immeubles d’appartements, les restaurants, les écoles et les laveries automatiques.

3ème étape : Gérez le groupe

Il ne devrait pas y avoir qu’une seule personne responsable du groupe. Tout le monde devrait pouvoir participer et initier les activités en ligne du groupe. Un petit comité pourrait apporter son aide pour les discussions et organiser de petites actions découlant des commentaires et des discussions du groupe.

4ème étape : Descendre dans la rue

social-streetUne fois que vous avez intéressé un petit groupe de voisins, vous êtes prêts pour lancer votre Social Street. Accompagnez les gens en fonction de leurs intérêts pour planifier et organiser un évènement public impliquant tous les membres du groupe pour “faire connaissance”. Faites également en sorte que l’évènement permette aux personnes intéressées de vous rejoindre. Animez les conversations et utilisez le groupe comme un forum pour planifier les prochaines rencontres et les prochaines activités.

 

5ème étape : Évaluez votre réussite

La réussite de ces groupes est complètement subjective. Mais si vous avez réuni un groupe de personnes qui ne se connaissaient pas, et connecté des personnes par leurs intérêts communs, vous pouvez considérer que votre Social Street est un succès !

Voici quelques conseils testés et vérifiés de la part de Social Street Italy pour vous assurer la réussite de votre groupe :

  • Sélectionnez une zone clairement délimitée : optez pour une petite zone pour parvenir à vraiment encourager les échanges “de proximité” qui puissent être pertinents dans la vie quotidienne et les besoins des habitants ;
  • Défendez la gratuité : cela s’applique à la fois aux échanges internes ainsi qu’au modèle Social Street. L’organisation et ses groupes sont fiers d’être “complètement gratuits”.
  • Structure ouverte : chaque endroit est unique ; sélectionnez alors les formats qui conviennent le mieux à votre contexte local et à votre culture.
  • Intégration : focalisez-vous sur ce qui réunit les gens, par sur ce qui les divise. Restez ouvert et prenez en considération les point de vue les plus sévères – il est important de ne pas vous imperméabiliser aux critiques constructives. Utilisez et encouragez un langage non-discriminant.
  • Demandez de l’aide : quand un doute vous assaille, allez lire les guides de Social Street sur la création de votre propre groupe (ils sont disponibles en 6 langues différentes !). Pour rendre compte de l’existence de votre Social Street, envoyez un email à info@social street.it. Nous pourrons ainsi vous ajouter à notre base de données grandissante.

Les possibilités sont virtuellement infinies, alors pourquoi ne pas essayer ?


logo_enablingCityCet article est la traduction d’un article de Shareable.

Auteurs originaux : Chiara Camponeschi et Hillete Warner, Enabling City, 20 juillet 2015

 


60x60Si vous avez besoin d’aide pour monter votre groupe Facebook et pour l’administrer, passez nous voir à l’AssoCamp, les mardis à partir de 18h au Comptoir Numérique, 7 place maréchal Foch, 04.77.93.32.26. Nous serons heureux de vous aider !


À suivre : des exemples d’actions à réaliser pour votre Social Street