Cartographie collaborative le 8 novembre au Chambon-Feugerolles

Par 21 octobre 2014 juin 5th, 2019 blog, Cartographie, médiation numérique

ImpressionVenez découvrir le projet de cartographie collaborative OpenStreetMap et contribuer à l’information géographique de la vallée de l’Ondaine dans le cadre du Forum Numérique Collaboratif   “Les idées d’aujourd’hui et les outils de demain“.

Rendez vous pour une “cartopartie” le samedi 8 novembre 2014 de 14h à 17h,
Salle de La Forge
, 92 rue de la République, LE CHAMBON-FEUGEROLLES (Plan d’accès)
Gratuit

Pour qui et pour quoi faire?

Pour tous les citoyens, géographes ou non, soucieux de s’impliquer dans la cartographie libre et ouverte du territoire. Pour toutes les structures (associations, collectivités, établissements d’enseignement…) qui souhaitent produire et utiliser des cartes, des systèmes d’information géographique (SIG), des applications… utilisant des données libres, non propriétaires.

Cette journée est placée sous le signe de la convivialité. Vous pouvez venir avec votre (vos) GPS et/ou votre smartphone (Android ou iPhone) mais le duo papier-crayon fonctionne aussi très bien.

300px-OSM_banniereOpenStreetMap?

Tout le monde connait les cartes IGN et sur internet, les services Google Maps, Mappy, Via Michelin… Depuis 2004, un projet collaboratif nommé OpenStreetMap (OSM) a été créé avec pour objectif de construire et fournir des données géographiques libres sur le monde entier. Comme l’encyclopédie Wikipedia, OpenStreetMap est alimentée et modifiée, en données géographiques, par des contributeurs volontaires. OpenStreetMap permet de consulter, modifier, exporter et utiliser librement des données géographiques pour produire des cartes et des applications mobiles.

Sur le territoire du Chambon-Feugerolles, des contributeurs ont déjà cartographié routes, chemins, bâtiments… mais il reste encore à faire pour ajouter plus de détails.

En savoir plus

Quelle différence avec les autres bases déjà existantes?

Avec OSM, tous les citoyens peuvent devenir des contributeurs à distance, en créant ou en améliorant les données géographiques présentes dans la base du projet. En effet, la plupart des cartes disponibles sur le marché, même gratuites, ont des restrictions d’utilisation légales ou techniques qui empêchent de les utiliser de manière créative, que ce soit pour un usage personnel ou commercial.

Avec OSM, tout le monde est libre d’utiliser, d’améliorer, de distribuer ou d’effectuer des travaux dérivés à partir des cartes, donnant ainsi une précision et une liberté bien plus grandes que les solutions déjà existantes.

Pour quelles applications?

OSM est donc un projet dédié à la cartographie, mais la carte présente sur le site officiel www.openstreetmap.org n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le cœur du projet est la base de données géographiques qui sert à produire cette carte. Ces données pouvant être librement utilisées, de nombreux autres services en ligne proposent des cartes différentes construites sur ces mêmes données: OSMTransport (réseaux de transport public), MapOSMatic (cartes de ville), OpenMapQuest (itinéraires), Geovelo (déplacements en vélo), OpenSnowMap (stations de ski)…

Se faire plaisir avant tout!

Collaborer à OSM présente un certain coût pour chaque contributeur (en temps et éventuellement en achat d’un GPS), mais chacun peut contribuer librement, à son rythme et selon ses centres d’intérêt. C’est l’augmentation du nombre de contributeurs (de 1000 en 2005 à un million en janvier 2013) qui permet d’assurer une meilleure couverture cartographique du monde. OSM bouge vite et séduit de plus en plus. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’augmentation de son nombre de contributeurs et de sa quantité de données, l’évolution de sa couverture cartographique et la recrudescence de services en ligne basés sur ses données.

  • La cartographie, nouvel enjeu du web Reportage de France 24 sur la cartographie : Christian Quest (OSM France), Pascal Berteaud (IGN) et Thierry Joliveau (Université de Saint-Etienne).

La cartographie, nouvel enjeu du web Reportage de France 24